Les derniers des branleurs

Les derniers des branleurs

agrandir l'image
Vincent MONDIOT
Les derniers des branleurs
Dès 15 ans


Avec un esprit punk et BD, des airs à la Riad Sattouf, l'héritage de Salinger, un roman drôle et provoquant, bourré de références à la culture populaire.

 

Pour Minh Tuan, Chloé et Gaspard, l’avenir se résume à la journée d’après. Les cours séchés, les joints partagés, les mangas lus dans la chambre de l’un, les jeux vidéo terminés dans la chambre de l’autre… Ils partagent tout, de leur désespoir tranquille à leur désintérêt absolu pour leur scolarité. Mais lorsque Tina, une jeune migrante bien plus sérieuse qu’eux, rentre dans l’équation, soudain, la possibilité de décrocher leur diplôme va devenir tangible pour ces trois branleurs autoproclamés. Mais en restant fidèles à leurs principes : ils ne l’auront pas en révisant....


 — Vous pensez qu’on est condamnés à gâcher la moindre chose un peu belle en parlant des pires trucs de débiles ? demande Minh Tuan.

— Malheureusement, ouais, répond Chloé. On est des personnes mauvaises.

— Pas moi, tente Gaspard.

— T’es le pire d’entre nous, tête de cul, lui apprend Minh Tuan.

— Allez, arrêtez de parler ! Et toi, pédale, pédale, ordonne Chloé.

— Quoi ? demande Gaspard.

— “Pédale”, l’impératif du verbe “pédaler”, “pédale”, l’insulte.

— Ha.

— L’insulte homophobe, corrige Minh Tuan.

— Vos gueules. On avance, là !

En 2005, VINCENT MONDIOT est lauréat du Prix du Jeune Écrivain français, grâce à une nouvelle publiée par le Mercure de France. En 2011, il publie aux éditions Pygmalion un roman de fantasy, Teliam Vore, et, deux ans plus tard, Tifenne : 1 – Punk : 0 aux éditions Sarbacane. En 2018, il a publié Les Mondes-Miroirs, un roman fantasy aux éditions Mnémos.

Chez Actes Sud junior, il est l'auteur de romans pour ados, Nightwork (mention du prix Vendredi 2018), Les derniers des branleurs et Rattrapage dans collection "D'une seule voix". 

 



titretitre