Esperluette

Esperluette

Anne VANTAL
Esperluette
Dès 15 ans


Une lettre à l’absent pour se pardonner, se racheter.
Un court récit qui se lit aussi comme un scénario policier à rebondissements.

 

Cette lettre à Jordan, elle a brusquement éprouvé le besoin de l’écrire, après être retournée par hasard sur le “lieu du crime”, devant un immeuble bourgeois du 16e arrondissement parisien. Une lettre pour parler d’elle, de lui, de leur passé. Il lui aura fallu des années pour trouver les mots de leur histoire.
Celle de deux gamins inséparables depuis l’école primaire, complices d’abord de petits canulars et chapardages, qui à l’adolescence vont passer aux mauvais coups. Plus tard, Jordan tombe carrément dans la délinquance, jouant les gigolos auprès d’hommes plus âgés et riches avant de les escroquer. Parce qu’elle est paumée, elle accepte d’être sa complice pour piéger Philippe, un notable de province fou de Jordan. L’opération prévue dans l’appartement parisien de Philippe, sans violence, se solde par un fiasco : Philippe tue Jordan d’un coup de revolver et s’effondre foudroyé par une crise cardiaque.
Elle maquille la scène de crime, trouve un mobile pour se disculper et prend la fuite en Argentine. Des années plus tard, la voilà de retour à Paris.


En 2003, ANNE VANTAL publie chez Actes Sud junior son premier roman, Pourquoi j’ai pas les yeux bleus ?, suivi de Je hais la comtesse, Chère Théo, Le Maître des vecteurs, Dossier la Guêpe, Matakonda la terrible, Au bout là-bas, Sauf que et À la recherche de la Serena. Elle est également l’autrice de plusieurs romans pour ados : Peine maximale, Un été outremer, Voie interdite et Esperluette (collection "D'une seule voix").



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre